Il était une fois Alger

Savez-vous que Bologhine Ibn Ziri est le PERE D'EL DJAZAIR.

Après la chute d’une partie de la balustrade et de la corniche au niveau des combles de la Chambre de commerce (ex-Palais consulaire), les deux minarets de la mosquée Ketchaoua et le clocher du minaret de Djamaâ Jdid sont ébranlés, d’où risque d’éboulement.

La direction de la culture de la wilaya a engagé un bureau d’études pour prendre en charge les deux opérations délicates, qui mobiliseront une enveloppe de quelque 25 millions de dinars, selon le chef de projet Cneru du secteur de sauvegarde de La Casbah, Abdelouahab Zekagh. La première opération, qui concerne la Chambre de commerce, consiste « à effectuer un cerclage métallique d’urgence de l’extérieur vers l’intérieur de la balustrade ; quant aux travaux de restauration des ouvrages des édifices culturels sus-cités, l’intervention est un peu spéciale, voire à la limite du chirurgical », précise M. Zekagh. Par ailleurs, il y a lieu de signaler qu’en aval de l’ex-boulevard de la Victoire (Haute Casbah), des vestiges témoignent d’un ouvrage de l’époque. Il s’agit d’un topanet (batterie) qui vient de faire l’objet d’une réhabilitation gauche. Ni le BET ni l’entrepreneur chargé de l’opération n’ont jugé utile de restituer les merlons (partie pleine d’un parapet entre deux créneaux) de l’ouvrage et ce, en respectant le caractère authentique des éléments architectoniques. Pour rappel, la mosquée Ketchaoua fut bâtie au XVIIe siècle (selon certaines sources historiques) par le dey Baba Hassan. La bâtisse fut transformée en 1832 en lieu de culte catholique et baptisée cathédrale Saint Philippe, avant d’être récupérée à l’Indépendance. Edifice surprenant par le mélange des styles romano-byzantin et turco-arabe, la mosquée Ketchaoua fut le centre d’un quartier animé entre la citadelle et la rade d’Alger. Quant à la mosquée dite Djamaâ Jdid, de rite hanafite, elle a été construite en 1660.
[ source ]
Par M. Tchoubane

El Watan, Edition du 13 Juin 2008

Commentaires

commentaires

  • Les origines du nom -ALGER- Les origines du nom -ALGER- Le nom français, ALGER, tire son origine des premières transcriptions de EL DJAZAIR par les navigateurs Catalan, pisans et génois qui commerçaient avec le pays. 5 161 vues
  • La population d’Alger au XIXe siècle La population d’Alger au XIXe siècle La population d'Alger a pu être évalué, grâce aux renseignements que nous fournissent les témoignages des voyageurs et des captifs. : En 1450 : 20.000 habitants En 1580 : 60.000 habitants En 1634 : 100.000 habitants par Haedo En 1755 : 100.000 habitants par père Dan En 1830 : 30.000 ... 3 911 vues
  • La Citadelle d’Alger La Citadelle d’Alger La citadelle d’Alger a été construite il y a près DE 500 ans sur les hauteurs de la CasbahPlongée dans les arcanes et l’histoire de Dar Essoltane Alger abrite encore des vestiges de renommée mondiale et des monuments historiques de grande valeur, certes en état de ... 2 219 vues
  • Il était une fois Alger: Icosium [suite] Il était une fois Alger: Icosium [suite] Il était une fois Alger: Icosium [suite] Au cours du 7èm siècle, à l'aube de l'Islam, s'installe sur le site la tribu des Béni-Mezghana qui s'adonne à l'agriculture et à l'élevage. Elle entretient, par ailleurs, des relations commerciales avec les villes de la rive nord de ... 1 383 vues
  • ALGER LA BIEN GARDÉE ALGER LA BIEN GARDÉE Trois expéditions avec bonbardement de la ville en un demi-siècle. Les rois de France et ceux d'Angleterre, les Tsars de Russie, les Princes d'Italie, les papes, les moines guerriers de Malte n'eurent d'autres soucis que de raser l'état barbaresque "Alger, la ville au mille canons", faisaient ... 1 111 vues

Recherche
Quelques idées




Navigation
Archives
Pourquoi pas !